Comment se (re)motiver pour écrire ?

 

Est-ce que vous connaissez ces moments où l’envie n’est plus là ?

Votre projet compte toujours beaucoup à vos yeux, mais vous n’arrivez plus à vous replonger dedans ?

Toutefois, il n’est pas question que vous l’abandonniez, non. Mais se remettre derrière le clavier pour avancer sur votre texte ? C’est comme s’il y avait un pas trop grand à franchir. Comme si Muse refusait de pointer le bout de son nez pour vous fournir l’élan dont vous avez besoin…

Il existe pourtant de nombreuses méthodes ou astuces pour se motiver (ou se remotiver) à travailler sur son texte. Certaines qui demandent une aide extérieure, d’autres qu’on peut mettre en place seul.e.

Je vous propose aujourd’hui un petit focus sur 3 techniques de motivation interne que j’ai testées et validées :

La madeleine de Proust

Le boost de dopamine

Raviver la flamme

N°1 : La madeleine de Proust

 

Sans doute l’une des techniques les plus connues. L’idée est d’avoir un élément que l’on associe directement à notre texte et qui nous replonge dans son ambiance à travers un sens.

Il y a bien sûr les classiques playlists d’écriture. Personnellement, la musique ayant toujours été un vecteur majeur de mon imagination, tous mes projets de roman ont une playlist d’écriture dédiée. Dans le cas de Byakko – Loving Tiger, j’en ai même trois ! La première est ma playlist d’ambiance pour le roman, la deuxième est constituée des morceaux qui donnent leurs titres aux chapitres, et la dernière est dédiée spécifiquement à mon héroïne.

Tableau d'inspiration pour Byakko

Aperçu de mon tableau pinterest pour Byakko – Loving Tiger

Les tableaux pinterest et/ou mood boards sont aussi très répandus parmi les auteurices. Par l’assemblage d’images, ils permettent à la fois de créer une ambiance visuelle et nous fournissent des éléments d’inspiration.

Mais avez-vous songé à solliciter aussi votre goût (avec un thé dédié à votre texte par ex.), ou votre odorat (comme une bougie parfumée allumée avant chaque séance d’écriture) ? Même le toucher peut fonctionner (dans mon cas, ce sera le poids de ma harpe sur mon épaule et la tension des cordes sous mes doigts). Ces trois sens sont très puissants pour créer l’effet madeleine de Proust.

L’intérêt d’une madeleine de Proust, c’est de nous replonger sans effort dans une ambiance et des émotions qui y sont associées. Donc de réduire la taille du pas à faire pour replonger dans notre texte. Et cela peut suffire à réveiller la motivation qui nous manque. 😉

 

N°2 : Le boost de dopamine

 

Cette technique-là, je l’ai découverte par hasard !

 

N°3 : Raviver la flamme initiale

 

Pourquoi, un jour, vous êtes-vous mis.e dans l’idée d’écrire ce texte ? Qu’est-ce qui vous portait au début ?

D’où venait votre envie, votre passion pour cette histoire ?

Quand vous vous êtes lancé.e sur ce long chemin de l’écriture, il y avait une flamme qui vous guidait et vous donnait envie de la poursuivre. Pourquoi n’est-elle plus là aujourd’hui ? Est-ce que vous ne vous seriez pas égaré.e (un peu) en route ?

Revenir à l’étincelle fondamentale, à ce qui rendait mon histoire si importante et si enthousiasmante à mes yeux (et me rendre compte parfois que j’ai un peu trop perdu de vue ces éléments), c’est ma technique ultime pour me remotiver.

Dans mon processus d’écriture, je me laisse parfois emporter par ma logique. « Si évènement A, alors B, et donc là il est logique qu’il se passe C. » Mais je finis par en oublier le fun et l’émotion et invariablement ça fait fuir ma Muse… Et ça donne aussi des scènes où les retours de mes bêta-lectrices sont mauvais.

Alors je me reconcentre sur ma flamme initiale, celle qui m’a fait dire un jour « Ce projet-là, j’ai tellement envie de l’écrire ! ». Peu importe si cette flamme initiale peut paraître niaise ou simpliste. Après tout, les émotions les plus simples sont les plus puissantes.

 

J’espère que l’une de ces 3 méthodes (ou même les 3 !) pourra vous aider si vous aussi vous connaissez des périodes où la motivation se fait désirer…

Une prochaine fois, je vous parlerai de méthodes de motivation externes. Parce que parfois, on le sait bien, notre volonté propre n’est pas suffisante pour sortir d’une phase où notre motivation semble avoir pris des vacances à l’autre bout du monde. 😉

 

Je vous donne rendez-vous au prochain article pour un nouveau bout de chemin à arpenter ensemble.

D’ici là, écrivez bien !

Rejoignez le club des arpenteur.euses !

Pour arpenter ensemble la voie des mots, avec du partage d'expérience, des conseils, des techniques, de la motivation, de l'inspiration...

Rejoignez les 33 arpenteur.euses déjà inscrit.es :

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les notifications des nouveaux articles ainsi que des emails de la part d'Aodez. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pas de spam, promis ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Partagez
Enregistrer
Tweetez